Hypersensible et Entrepreneur·e : est-ce compatible ?

hypersensible et entrepreneur

Vous êtes hypersensible et rêvez de devenir entrepreneur·e ? Mais vous ignorez si votre hypersensibilité est un handicap pour entreprendre ou une chance ? N’ayez crainte, il ne s’agit pas d’un trouble ou d’une maladie, mais d’un concept opératif. Votre palette émotionnelle est juste bien plus développée que celle d’un individu lambda. C’est une richesse énorme, même si elle peut être parfois à l’origine de vraies souffrances. L’entrepreneur·e hypersensible fait preuve de multiples qualités hors normes.
Dans cet article, nous verrons que les termes « hypersensible » et « entrepreneur » sont non seulement compatibles, mais aussi une force à exploiter. Êtes-vous prêt·e à tirer le meilleur de votre hypersensibilité pour lancer un business à succès ?

L’hypersensibilité émotionnelle touche environ un quart de la population mondiale. Il ne s’agit pas d’une déficience, mais d’une singularité qui revêt différents aspects selon les personnes. C’est une façon particulière d’être. Les hypersensibles ont en commun de ressentir et vivre les évènements de la vie intensément.

Une personnalité hautement sensible

L’hypersensible n’est ni meilleur ni pire que les autres. Il éprouve simplement les émotions et les perceptions de manière décuplée. Un véritable feu d’artifice de pensées et de questions bouscule son cerveau. Il est à fleur de peau et ressent très fortement les sensations. Cet état l’amène souvent à se sentir mal, différent ou en décalage. Il a parfois l’impression de venir d’une autre planète. Il ne rentre pas dans les cases pré formatées de notre conditionnement sociétal. Tant qu’il n’a pas pris conscience de sa sensibilité démultipliée, il ne comprend pas ce qui lui arrive.

Son entourage le perçoit comme « trop » voire « hyper » : trop fragile, trop émotif, hyperréactif, hyperaffectif… Ses proches ne réalisent pas la souffrance qui peut se cacher derrière ses réactions disproportionnées. Cette ignorance contribue à l’isolement de l’hypersensible.

Comme le dit l’acteur et réalisateur Maurice Barthélemy dans son livre « Fort comme un hypersensible », le véritable problème n’est pas l’hypersensibilité elle-même. Ce sont plutôt les systèmes de défense déployés par la personne qui le sont. Ces béquilles l’aident à supporter un monde inapproprié, ou tout du moins, c’est ce qu’elle croit. Elle joue un rôle, crée un « faux self » pour être acceptée et ne pas sembler faible. Elle fait tout pour rentrer dans le moule sociétal qui valorise la rationalité et la réussite sans état d’âme.

De la découverte de sa forte réceptivité au travail sur soi

Un jour, l’hypersensible a une révélation. Au fil d’une discussion, d’une lecture ou d’un podcast sur l’hypersensibilité, il se reconnaît. Oui, c’est bien de lui qu’on parle. Ces choses-là, il les vit en permanence. Il se sent soulagé. Il peut enfin mettre un nom sur son mal-être.

Cette prise de conscience est primordiale, mais elle ne rend pas, à elle seule, la gestion du quotidien plus facile. Le véritable enjeu se tient dans le travail sur soi qui va suivre. L’étape cruciale va être d’accepter sa singularité et d’arrêter de la combattre.

Ce grand sensible va devoir analyser ses comportements au cours des différents stades de sa vie pour comprendre son mode de fonctionnement. Il pourra alors mettre en place de bonnes pratiques et créer de nouveaux mécanismes afin de vivre en paix avec sa personnalité. C’est ainsi qu’il transformera cette haute sensibilité en une force.

Les caractéristiques de l’hypersensibilité

Ce phénomène concerne l’entièreté d’une existence. Il touche autant la vie privée que professionnelle.

De plus, il revêt différentes formes. Dans les faits, il y a presque autant d’hypersensibilités que d’hypersensibles. Chaque personne va avoir ses propres signes. Certains cochent toutes les cases, tandis que d’autres combinent juste quelques critères.

Mais alors, comment savoir si l’on est hypersensible ? La liste ci-dessous regroupe les principales caractéristiques de l’hypersensibilité. Elle vous permettra d’y voir plus clair.

On constate généralement que les individus qui ont ce trait de personnalité affichent :

  • une intensité émotionnelle exacerbée ;
  • une sensorialité décuplée (appelée hyperesthésie) dans laquelle un ou plusieurs des cinq sens sont très aiguisés. Ainsi, on peut être plus sensible que la moyenne aux bruits ou aux odeurs, ne pas supporter certains vêtements ou textures, craindre la luminosité ou avoir la capacité de remarquer des détails imperceptibles ;
  • une empathie très développée au point de devenir une véritable éponge émotionnelle ;
  • une conscience sensorielle démultipliée avec une grande réceptivité au moindre changement ou symptôme anormal dans le corps ;
  • une intuition hyper développée et fiable ;
  • une intelligence non verbale et une acuité de perception qui lui permettent de cerner des détails non perceptibles par d’autres ainsi que de capter le langage non verbal autour de lui ;
  • une créativité et un sens artistique poussés ;
  • un engouement pour la défense des causes justes ;
  • un sentiment de décalage, d’être différent ou non adapté à son environnement ;
  • un besoin de tout anticiper et des peurs quotidiennes récurrentes concernant des détails ;
  • une estime de soi dégradée propice au syndrome de l’imposteur ;
  • une irritabilité et de fréquents changements d’humeur liés au trop-plein émotionnel à force de prendre sur soi et s’adapter en permanence ;
  • une nécessité de calme, de silence et d’espace pour se ressourcer après des stimuli extérieurs intenses.

👩‍💻 Comment vit une personne hypersensible dans le domaine professionnel ?

S’intégrer dans le monde du travail est souvent un challenge pour l’hypersensible.

L’hypersensible salarié·e

L’entreprise est certainement l’endroit le plus compliqué à gérer pour un hypersensible. De nature, il déteste les conflits et n’a aucune envie d’entrer dans la lutte d’ego qui y règne. S’il fait partie des 70 % d’hypersensibles introvertis, il aura beaucoup de mal à créer des liens avec ses collègues. Il a souvent l’impression que les gens font exprès d’être durs et froids. Il ne se sentira pas à sa place.

Une personne hautement sensible apporte une grande importance à l’éthique et à la justice. Or, ces valeurs ne sont pas dominantes dans les grosses structures. La sincérité et l’empathie, elles non plus, n’appartiennent pas à cet univers de plus en plus robotisé.

En général, les salariés sont conditionnés à générer du profit au détriment de leur créativité et de leur liberté de penser. Ils deviennent de parfaits automates sans aucune autonomie et contraints de respecter des règles absurdes. Sur les plateaux open space, les tâches sont compartimentées et les procédures strictes. Vous n’avez d’autre choix que de rester bien sagement dans la petite case qui vous a été attribuée en attendant l’heure de la sortie.

L’hypersensible a profondément besoin de donner un sens à sa vie. Il aura certainement beaucoup de mal à en trouver au sein des grosses sociétés.

Le travail à distance et les startups

Exception dans le cadre du salariat, le télétravail peut apporter un plus large espace de respiration à l’hypersensible. Limiter les contacts avec ses collègues ou les petits chefs l’aide à se préserver.

Les startups, plus souples que les entreprises classiques, peuvent également lui permettre une plus grande liberté d’action.

L’hypersensible entrepreneur·e

Lancer sa propre activité permet à l’hypersensible de mettre en place un mode de fonctionnement adapté à sa personnalité. Il pourra choisir avec qui il souhaite travailler, son rythme de travail, ses thématiques privilégiées, etc. L’entrepreneuriat répond aussi à sa quête de sens.

Sa conscience professionnelle, sa capacité à tout anticiper et son esprit d’analyse sont autant d’atouts pour réussir dans son business.

L’irrégularité des revenus liés au freelancing provoque une incertitude stressante pour tous. Un hypersensible ressentira cette anxiété de manière encore plus forte. Pour apaiser ses craintes, il devra faire l’effort d’aller vers d’autres freelances afin d’échanger et trouver des solutions.

Devenir entrepreneur·e, c’est se donner les moyens de se créer une vie professionnelle gratifiante sur mesure. Pour un hypersensible, se mettre à son compte est l’idéal. Cela permet d’être soi, d’avancer selon son mode de fonctionnement et de respecter ses valeurs, ses principes.

🏢 Comment l’hypersensibilité sert-elle l’entrepreneuriat ?

L’intelligence émotionnelle de l’hypersensible lui procure d’énormes avantages. C’est comme s’il avait des antennes qui captent des informations, des signaux que les gens ne voient pas. Parfois c’est un peu trop. Parfois ça donne des clés et un savoir très précieux.

L’intuition

Très intuitif, il ressent les choses avant tout le monde. Il remarque le moindre détail au premier coup d’œil et possède un sixième sens très développé. Cela lui fournit une indication, une vision à exploiter.

Quand il arrive à un rendez-vous, il a une véritable capacité à saisir l’atmosphère de la pièce et détecter l’énergie qui s’en dégage. Il parvient aisément à déchiffrer si son interlocuteur l’apprécie ou non.

Son intuition est un appui précieux qui le trompe rarement.

La sensibilité émotionnelle

Sa très forte conscience émotionnelle lui permet de percevoir plus facilement la joie, la gratitude, la passion ou la tristesse. Son cerveau dispose d’une aptitude moindre à filtrer les émotions. Du coup, il a accès à davantage d’informations. Il ressent les choses de manière très intense.

L'hyperesthésie

L’hyperesthésie est un surdéveloppement des sens (lumière, bruits, odeurs, toucher, goût). Dans la vie courante, des klaxons stridents, des senteurs banales ou le chewing-gum que mâche leur voisin peuvent suffire à gêner une personne hypersensible.

Dans le cadre professionnel, un nez peut relever un parfum subtil qui passe totalement inaperçu pour le commun des mortels. Un regard acéré remarquera des microdétails invisibles pour la plupart des gens. Un chef inventif concoctera des plats raffinés aux exquises alliances. Des artistes utiliseront leur super pouvoir pour atteindre la quintessence.

La pensée en arborescence

Les idées, les pensées et les expériences de l’hypersensible ont tendance à être plus riches, plus profondes que celles de la moyenne des gens. Ses réflexions fusent en mode mindmapping. On pourrait les comparer à un feu d’artifice ou aux popcorns bondissants dans une casserole. 

La pensée de l’hypersensible va très vite. Elle se déploie dans plusieurs directions parfois simultanément. Elle peut passer de l’idée principale à une sous-idée, voire bifurquer sur une association d’idées. 

La résilience

La résilience est une valeur clé dans la réussite d’un entrepreneur. Elle lui permet de rebondir en cas d’échec, de se renforcer suite à des difficultés, de surmonter des tempêtes et d’en sortir grandi. Les hypersensibles ont cette capacité de ne rien lâcher et de se surpasser.

L’empathie et la relation interpersonnelle

L’hypersensible fonctionne comme une éponge. Il ressent de manière très intense ses propres émotions, mais également celles des autres. Il fait preuve d’empathie vis-à-vis de son entourage, de son équipe ou de ses clients. Il possède une perception fine des relations humaines.

Une forte capacité d’analyse

Les personnes hautement sensibles sont très douées pour observer et analyser leur environnement. À peine arrivées dans un lieu, elles captent l’atmosphère et l’énergie qui s’en dégagent. Elles ont même tendance à suranalyser, ce qui peut engendrer une grande fatigue.

La créativité et l’inventivité

Le sens de l’esthétique et l’émotion artistique caractérisent souvent les hypersensibles.

De plus, ces inventifs ont une ouverture d’esprit sur le monde et sur les gens. Leur créativité est un atout majeur dans l’entrepreneuriat. Ils adoptent des approches nouvelles. Ils créent des produits capables d’engendrer de nouveaux besoins chez les consommateurs. Il leur suffit d’observer pour trouver des solutions innovantes à des problèmes.

❌ Quelles sont les limites d’une sensibilité exacerbée pour gérer un business ?

Pour piloter au mieux son activité et tirer profit de son don, l’hypersensible va devoir prendre soin de son « écologie intérieure ».

Gérer un trop-plein émotionnel

Ressentir les atmosphères et les émotions de manière décuplée conduit à l’épuisement. La personne hautement sensible aura fréquemment besoin de se ressourcer dans un endroit isolé loin du bruit, à l’écart de toute agitation. Elle devra organiser son planning de manière à intégrer des pauses salvatrices.

Canaliser son stress et son anxiété

Les dilemmes causent souvent du stress et des angoisses. Dès lors, les émotions d’un hypersensible prennent le dessus sur sa capacité à faire des choix.

Devoir effectuer simultanément plusieurs tâches dans un laps de temps serré génère aussi de l’anxiété. Cela peut avoir un impact négatif sur son moral et provoquer des réactions excessives.

Et quand il est à bout, l’hypersensible pleure. Ses larmes lui permettent d’évacuer ses états d’âme néfastes.

Faire confiance à ses émotions, mais ne pas tout croire

Dans son livre « Suis-je hypersensible ? », le philosophe et écrivain Fabrice Midal déclare que « tout ce qu’on ressent mérite d’être écouté, mais tout n’est pas forcément vrai ». La personne hautement sensible éprouve des émotions très fortes qu’elle pourrait facilement interpréter de manière négative. Cependant, la réalité peut souvent être plus mesurée ou nuancée.

L’hypersensible devra apprendre le discernement et éviter d’être prisonnier du scénario de l’émotion. Quand quelqu’un lui dit quelque chose, il écoutera ses émotions et déterminera si ce qu’elles évoquent est juste ou faux. Il les remettra dans le contexte pour les interpréter correctement.

Aider les autres, tout en se protégeant

L’hypersensible empathique peut aussi être victime d’autrui. Il peut lui arriver de couper lui-même des liens familiaux ou amicaux qui auraient pu être préservés à condition de respecter sa singularité.

À l’inverse, des vampires qui se nourrissent de sa tendresse et de sa vulnérabilité peuvent abuser de sa bienveillance. À lui de développer une capacité à interroger son ressenti plutôt que de tout prendre pour argent comptant.

🧭 Dans quel métier l’entrepreneur hypersensible peut-il s’épanouir ?

En réalité, un hypersensible peut s’épanouir dans tous les secteurs d’activité. Voici quelques domaines qui semblent taillés sur mesure pour lui :

Les professions qui demandent de l'empathie

Le coaching attire de nombreux hypersensibles. En effet, ils ont besoin de s’investir dans un métier qui a du sens, de transmettre et d’aider les personnes. Ils ont cette capacité à comprendre l’autre et lui apporter réconfort et soutien. Ils font d’excellents coachs. Les gens se sentent bien avec eux.

L’aide sociale ou les services à la personne (psychologue, infirmier, conseiller d’insertion…) peuvent tenter ceux qui ont besoin de se sentir utiles.

Les jobs créatifs

Les hypersensibles sont très sensibles à l’art et prennent plaisir à créer. Certains métiers leur permettent de laisser libre cours à leur inventivité. Et le processus créatif se renouvelle au quotidien. Ils s’épanouiront en tant que graphistes, concepteurs de jeux vidéo, scénaristes, musiciens, artistes, designers, etc.

Les métiers du web

Travailler à domicile sur internet est le Saint-Graal pour un hypersensible. Les métiers digitaux permettent de lancer son business en indépendant et de mener sa vie comme il le souhaite.

Devenir consultant en référencement demande de disséquer un site et de trouver comment améliorer son positionnement. L’hypersensible s’appuiera sur trois de ses points forts : l’analyse, l’intuition et la recherche de solution.

Le copywriter a, lui, besoin d’utiliser sa créativité, son intuition ainsi que ses capacités d’analyse pour décrypter la psychologie de la clientèle cible.

Au-delà des compétences métier, il pourra se former ou se faire aider pour créer et développer son entreprise de manière pérenne.

Les activités liées aux enjeux écologiques

Le sort de la planète et d’autres causes justes à défendre attirent aussi de nombreux hypersensibles. Ayant une grande sensibilité à la nature et à la préservation de l’environnement, ils pourront devenir conseillers en environnement, en développement durable ou architectes en écoconception.

💪 Comment transformer son hypersensibilité en une force ?

Pour en faire une force, l’hypersensible doit tout d’abord identifier et comprendre ce qu’il est. En prenant le temps de s’approprier cet état, il pourra le transformer en quelque chose de positif pour sa vie.

La base pour profiter des bienfaits de sa richesse est d’apprendre à respecter son tempérament. Souvent submergé par des émotions ou des difficultés, il doit savoir garder son atout en ligne de mire afin d’y revenir régulièrement.

Pratiquer la méditation, le yoga ou des exercices de respiration concourt à faire de son hypersensibilité une ressource inestimable. Méditer, en particulier, contribue à :

  • réguler l’intensité du ressenti ;
  • mettre de l’ordre dans les informations qui partent dans tous les sens ;
  • trouver une certaine forme de stabilité.

Fabrice Midal est l’un des principaux enseignants de la méditation en France. Il explique que certaines méditations ne sont toutefois pas recommandées pour les hypersensibles. Elles peuvent même être contre-productives, car missions impossibles pour une personne à fleur de peau. Pour ne pas courir à l’échec et la transformer en séance de torture, l’hypersensible devra éviter les formes de méditations pour :

  • chercher à se calmer ;
  • contrôler son hypersensibilité ;
  • prendre conscience de tout (mindfulness) ;
  • ne garder que des émotions positives.

La méditation doit lui permettre de faire la paix de manière très profonde avec son hypersensibilité. Voici une méditation guidée pour hypersensibles, proposée par Fabrice Midal :

🏆 Hypersensible et entrepreneur·e : bien plus que compatible, ce combo est taillé pour le succès

La réussite en entrepreneuriat ne dépend que de soi. En tant qu’hypersensible, et comme pour chaque entrepreneur, tout est possible. Se mettre à son compte, c’est être en symbiose avec soi-même. Il n’y a pas mieux que de créer son propre métier, sa propre route, son propre schéma et sa propre façon de travailler.

Les hypersensibles sont des passionné·es qui cumulent de nombreuses qualités indispensables pour réussir en business. On peut les décrire, entre autres, comme des personnes :

  • curieuses ;
  • motivées ;
  • visionnaires ;
  • créatives ;
  • résilientes ;
  • persévérantes.

L’hypersensible devenu·e entrepreneur·e sera désormais libre d’agir et de penser comme iel le souhaite. Ni plus faible, ni plus fragile qu’un·e autre, son «superpouvoir » lui permettra d’exceller aux commandes de son destin. Rien ne pourra l’arrêter !

Et vous, comment avez-vous organisé votre vie professionnelle ? Voyez-vous votre hypersensibilité comme une force ? Comment la gérez-vous au quotidien ? Partagez votre expérience en commentaire.

Cet article vous a plu ? 📌 Épinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

logo pinterest
entrepreneur hautement sensible
entreprendre en étant hypersensible

Envie d'en savoir davantage sur le web entrepreneuriat ?

Peut-être aimerez-vous aussi ces articles :

croyances limitantes à transformer pour son business

Croyances Limitantes de l'Entrepreneur

Les croyances limitantes minent votre mindset et freinent votre business. Voici comment les ...

vision entrepreneuriale

Définir sa Vision d'Entrepreneur

Définir votre vision d'entrepreneur est cruciale pour la réussite de votre projet. Voici comment..

la règle des 80-20 de Pareto

Utiliser la règle des 80/20 | loi de Pareto

Comment obtenir un maximum d'effets avec un minimum d'efforts avec la loi de Pareto...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page