6 croyances limitantes à transformer pour booster son business

croyances limitantes pour booster son business

La première chose dont se débarrasser en tant qu’entrepreneur, ce sont bien les croyances limitantes. Vous savez les « je ne vais pas y arriver » ou « je ne suis pas capable ». Ces pensées négatives sont autant de blocages internes qui minent votre mindset et freinent votre business. Votre réussite fonctionne en mode « inside out ». Elle part de l’intérieur et rayonne à l’extérieur. Autant dire que ces fausses convictions sont un boulet dans votre vie personnelle et professionnelle. Voyons comment les transformer et reprogrammer votre cerveau pour booster votre activité. 

Les croyances limitantes, nous en avons tous plus ou moins. Ce sont des pensées, des certitudes profondément ancrées en nous que nous considérons comme des vérités. Nous les avons tellement côtoyées depuis notre enfance qu’elles font partie de nous.

À la naissance, le bébé n’a aucune croyance, qu’elle soit limitante ou non. Il vit dans un monde où les possibilités sont infinies. Puis, son cerveau se développe et des connexions neuronales se forment.

Le jeune enfant s’imprègne des croyances de son entourage et en particulier des personnes détentrices de l’autorité (parents, école, famille, amis…). Il ne les remet pas en cause et ne les questionne jamais. Il n’y a pas de raison. Elles sont juste vraies.

En grandissant, nous produisons de nouvelles certitudes. Et l’adulte que nous sommes voit le monde à travers ces lentilles déformantes. Ces (fausses) convictions altèrent notre façon d’analyser les choses et nos décisions.

La prise de conscience de leur existence est souvent tardive. Elle s’effectue en général après un épisode douloureux ou un échec cuisant. Nous sommes dans l’incompréhension. Nous cherchons la raison de notre revers à l’extérieur de nous sans réaliser qu’elle est en nous. Jusqu’au déclic.

Ces croyances erronées nous freinent et nous empêchent de progresser sur notre parcours de vie. Elles ressemblent à une prison aux murs invisibles que nous avons nous-même créée. Tout devient compliqué. Nous avançons comme une Ferrari avec un moteur de 2CV. Ces fausses convictions parasitent notre potentiel. C’est de l’autosabotage interne.

L’entrepreneur lui aussi connaît des blocages. Il se donne à fond, ne compte pas ses heures et pourtant, son activité stagne. Sa vision du business, sa perception de la concurrence ou des clients, sa relation à l’argent, tout est biaisé. Le portefeuille client et le nombre de ventes n’évoluent pas. Malgré sa motivation et sa bonne volonté, rien ne bouge.

🧠 Comment ces schémas limitants influencent-ils notre vie ?

Des craintes en tout genre entretiennent nos croyances limitantes infondées. Or la peur est une appréciation inexacte de la réalité. Souvent, des choses qui ne se sont même pas produites et qui n’arriveront jamais nous terrorisent. Parfois, on angoisse pour un événement qui pourrait « peut-être » se dérouler dans six mois ou un an.

N’avez-vous jamais été tétanisé avant de vous présenter à un examen ou de prendre la parole en public ? Les semaines qui précèdent, on les vit dans notre imagination en se disant « ça va mal se passer ». C’est le pouvoir de notre perception.

David Laroche explique que « ce ne sont pas les faits qui déterminent l’expression de notre potentiel, mais nos perceptions de ces faits. Et parfois, on n’a pas les bons programmes internes et l’on s’autosabote ». 

Ces pensées limitantes ne reposent sur rien de concret. Ce sont des vues de l’esprit. Elles nous font croire que nous ne sommes pas capables de passer à l’action. Elles concentrent notre attention sur des dangers possibles et brident ainsi notre potentiel. Nous finissons enfermés dans des réactions primitives telles que la fuite, l’attaque ou l’immobilisme.

Ces croyances négatives provoquent toujours les mêmes types d’états ou de comportements. On y retrouve notamment :

  • le manque de confiance en soi, d’estime de soi, de rapport à l’autre ;
  • l’anxiété, le stress et leur lot d’effets néfastes ;
  • des peurs diverses en permanence ;
  • une difficulté à dépasser ses propres limites ;
  • un manque d’intérêt, de motivation, d’action, de stimulation, d’objectif ou de vision ;
  • etc.

Leurs répercussions impactent notre vie de plein fouet : échecs à répétition, problèmes de santé, frustration, dépression, burn out, etc.

🐵 Voulez-vous laisser votre monkey mind décider de votre avenir ?

L’humain produit en moyenne 70 000 pensées par jour et ressasse quotidiennement 90 % d’entre elles. La plupart sont incontrôlées et négatives. Elles nous amènent à faire souvent les mêmes choix et reproduire des expériences identiques.

Cette petite voix dans notre tête, ces pensées qui partent dans tous les sens ressemblent à un groupe de singes qui sautent partout. On appelle cet état « monkey mind » (littéralement « esprit de singe »).

Et, devinez les conséquences de ces phrases assassines ruminées sans fin :

  • je ne vaux rien
  • je suis voué à l’échec
  • je ne suis pas capable
  • je foire tout ce que j’entreprends
  • je n’y arriverai jamais
  • ce n’est pas pour moi
  • je ne suis pas à la hauteur
  • je suis trop vieux (ou trop jeune)
  • je ne suis pas assez…
  • etc.

Ça vous rappelle quelque chose ? Ce discours intérieur néfaste survient dès que nous sommes sur le point de sortir de notre zone de confort. Cette autoflagellation se renforce par la répétition des schémas neuronaux. Plus vous la rabâchez, plus elle prend de l’importance.

Vous pensez que c’est négatif ? En réalité, votre cerveau prend soin de vous. Tout part d’une bonne intention : vous garder en sécurité.

👉 Imaginez : vous êtes persuadé de ne pas pouvoir augmenter vos revenus. Vous le dites à qui veut l’entendre ou vous ressassez cette idée en boucle. Ne vous inquiétez pas ! Votre cerveau fera en sorte de respecter votre souhait : il vous empêchera de gagner davantage ! Il n’a aucune notion de ce qui est bon ou mauvais. Tout ce qu’il sait, c’est que cette idée est récurrente… donc vous la voulez … et il va tout mettre en œuvre pour que vous l’obteniez ! Les actes manqués, les coïncidences ou les mauvais choix feront en sorte que votre vœu soit exaucé !

Vos actions et vos préjugés sur ce qu’il est possible de faire ou non sont intimement corrélés à vos convictions. Votre inconscient et vos croyances dirigent votre vie.

📝 L’autovalidation des certitudes : comment ça fonctionne ?

croyances limitantes de l'entrepreneur

Voici le fonctionnement du comportement humain (de la prise de décision à l’action) :

  • nos croyances influencent nos perceptions ;
  • nos perceptions influencent nos émotions ;
  • nos émotions influencent nos actions ;
  • nos actions influencent nos résultats ;
  • ET…
  • nos résultats influencent nos croyances.

C’est un cercle vicieux.

Voilà pourquoi nos croyances ont un effet pervers. Plus elles sont solidement ancrées, plus on crée des résultats qui les renforcent.

Et si quelqu’un remet en cause notre certitude, la réponse fuse : « ça ne peut pas être faux, puisque je l’ai fait 100 fois et ça marche ! ».

Au fil du temps, la croyance s’enracine en profondeur et il devient difficile de la déloger.

💡 Pourquoi prendre conscience de ses croyances ?

95 % du temps, l’humain fonctionne en mode autopilote. Des croyances inconscientes bien implantées dirigent sa vie. Il ressemble davantage à un automate qu’à une personne libre.

Erin Meyer, dans son livre « La carte des différences culturelles » évoque le pouvoir de la culture et de la société sur nos croyances. Le pays dans lequel on grandit, notre famille ou notre religion influencent grandement que ce l’on pense possible ou pas, ce que l’on croit accessible ou non.

Ces différences sont flagrantes quand on voyage. Certaines choses sont possibles ou totalement interdites selon l’endroit où l’on vit. Les populations anglo-saxonnes valorisent le travail ; celles d’Europe du Sud privilégient des liens familiaux très forts. Le philosophe Gaspard Kœnig écrivait dans l’une de ses tribunes que « la France survalorise l’érudition » et « protège le mythe selon lequel la culture garantirait l’intelligence ».

Prendre conscience de nos croyances est donc essentiel. Nos certitudes sont-elles vraiment les nôtres, en tant qu’individus ? Ou bien sont-elles érigées au rang de dogmes par d’autres humains et transmises par notre environnement ?

Pour être en phase avec son système de pensées, il est important de savoir quelle conviction est digne d’être conservée et laquelle doit être mise au rebut. Chacun devrait développer la capacité de questionner ses croyances :

  • Pourquoi je crois cette assertion ou cette personne ?
  • Comment je sais qu’il n’est pas possible de réaliser telle action ?
  • Je suis persuadé de X : comment je peux en être sûr ?

Notre cerveau fonctionne comme un muscle. Il peut être entraîné, comme on exerce son corps. Cette capacité à se remodeler s’appelle la plasticité cérébrale. Elle nous permet de choisir quelle croyance on souhaite conserver et de modifier notre disque dur interne.

L’être humain a l’aptitude de dire « cette croyance n’est pas la mienne, je n’en veux plus ».

Masterclass gratuite de David Laroche

📉 6 croyances limitantes qui freinent votre business

Les entrepreneurs (en particulier les nouveaux) ont des croyances bloquantes qui les empêchent d’avancer. Des peurs paralysantes sur ce qui pourrait advenir les envahissent. On ne parle pas uniquement de craintes en matière de risque financier. Chaque action à mener hors de leur zone de confort les tétanise. Ces peurs ne sont pourtant qu’un sentiment irrationnel. Elles ne reposent sur aucun fondement solide.

Voici quelques croyances bloquantes très courantes parmi les entrepreneurs (liste non exhaustive) :

#1 La peur de n’être pas légitime

Le syndrome de l’imposteur ! D’après le Journal of Behavioral Science, cette peur de manquer d’expertise touche 70 % des gens à un moment de leur vie. LiveMentor a mené un sondage auprès de ses 14  000 entrepreneurs. Cette croyance limitante concerne 25 % d’entre eux, en particulier en phase de lancement.

Ce syndrome handicapant prend la forme d’un doute permanent. On attribue à d’autres les bénéfices de nos actions. On ne se sent pas à notre place. On n’ose pas utiliser le plein potentiel de nos capacités.

#2 La recherche de la perfection

À force de vouloir que tout soit parfait, le perfectionniste n’agit pas. À trop vouloir bien faire, il est bloqué. Il ne construit pas son business, ne lance pas son site pro, réécrit 100 fois le même article… Parfois, il brode ou fait plein d’autres choses sauf ce qui lui permettrait d’avancer.

#3 La peur de ne pas être à la hauteur

« Monter un business, c’est compliqué et chronophage. » « Il faut travailler dur pour réussir. »

De nombreux salariés n’osent pas franchir le pas vers l’entrepreneuriat, car ils ont une idée fausse de ce qui les attend. Oui bien sûr, il faut travailler. Mais on doit bosser intelligemment, planifier, s’organiser et trouver le système qui nous correspond.

Cette croyance limitante risque de vous faire passer à côté d’un avenir que vous pourriez vous tracer sur mesure.

#4 La peur de l’échec

Cette peur peut prendre différentes formes : peur d’échouer, peur de se tromper, peur d’oser, peur d’avancer. Ces croyances limitantes, encore une fois totalement infondées, bloquent l’entrepreneur. Il n’arrive plus à prendre la moindre décision. Il est paralysé.

D’après l’enquête interne de LiveMentor, ce syndrome se classe en troisième position avec 15 % des répondants concernés (principalement des débutants). La peur de l’échec diminue ensuite au fur et à mesure que le business devient rentable.

Comme le dit Alexandre Dana dans son livre « Entreprendre et (surtout) être heureux » :

« Apprendre à échouer est comme un muscle qui doit se travailler dès le début du parcours entrepreneurial. »

Alexandre Dana

#5 Les croyances limitantes sur l’argent

« Mes prestations sont trop chères, je n’aurai pas de clients ». « J’ai atteint mon plafond, je n’arrive pas à gagner davantage ». 

Notre relation à l’argent trouve souvent sa source dans notre enfance. Elle comprend de très nombreux blocages inconscients (bien ancrés) qui limitent les chances de succès de son business. Sans un rapport apaisé avec l’argent, vous créerez des comportements d’autosabotage qui vous empêcheront de générer des revenus cohérents avec votre implication.

#6 La peur de réussir

Cette angoisse est totalement insidieuse. L’entrepreneur a une farouche envie de réussir tout en ayant une peur bleue que cela ne se produise. Cette crainte trouve souvent son origine dans un manque de confiance en soi, un sentiment de culpabilité ou encore une peur du changement. Cette croyance sournoise mène à l’autosabotage, à la procrastination, à tout ce qui peut retarder l’avancée de son business.

🧭 Plan d’action en 6 étapes pour transformer ces croyances limitantes en croyances porteuses

Pour réussir en tant qu’entrepreneur, vous devez donc reprogrammer votre cerveau et transformer vos croyances bloquantes en croyances inspirantes.

Modifier ses convictions n’est pas facile. Ces pensées ont pour but de nous faire sentir en sécurité. L’objectif est louable. Elles nous donnent l’impression de nous protéger alors même qu’elles nous font du mal. Elles font partie de notre zone de confort. Et changer fait peur.

Pour vivre une autre réalité, il suffit de remplacer ses idées fausses. Si vous entraînez votre cerveau, vous sortirez de ce cercle vicieux. Voici comment déceler et transformer vos croyances contre-productives.

Étape #1 : Identifier ses convictions négatives

Vous ne pouvez pas changer ce qui vous bloque avant de l’avoir clairement identifié. Pour repérer les intrus, vous devez apprendre à les reconnaître.

Ce n’est pas toujours facile, car ces certitudes sont souvent formulées comme une évidence.

Il existe néanmoins un moyen de les débusquer. Posez-vous cette question : « quelles expressions j’ai l’habitude d’utiliser avec “toujours, jamais, tout ou personne” ? ». Peut-être, répétez-vous souvent des généralités du style :

  • « Je ne serai jamais capable de… »
  • « Je suis toujours le dernier… »
  • « Tout ce que je mets en place échoue… »
  • « Personne ne me fait confiance… »

Ces mots sont à la racine même de vos croyances autolimitantes. Faites la liste de celles que vous repérez.

Étape #2 : Questionner ses certitudes destructrices

Regardez dans quels contextes ces croyances surgissent et comprenez sur quoi elles reposent.

Étape #3 : Trouver des preuves qui contredisent ces croyances

Faites des recherches et dénichez des études qui confirment que vos certitudes sont inexactes. Trouvez quels points de vue correspondent le mieux à la vie réelle.

Étape #4 : Analyser l’impact de ces fausses vérités

Maintenant que vous savez que ces convictions ne sont pas fondées, prenez du recul. Puis visionnez le film de votre existence et observez leurs conséquences désastreuses. Analysez le processus qui se répète à l’infini.

Étape #5 : Engager le changement

Comment allez-vous passer à l’action pour amorcer la voie du changement ? Vous former dans votre domaine de compétences pour « vous sentir capable » ? Préparer un diplôme ou une certification pour « gagner la confiance des clients » ou « vous sentir légitime » ?

Étape #6 : Construire un état d’esprit positif

Reformulez vos certitudes pour qu’elles ne soient plus invalidantes, mais vous aident à atteindre vos objectifs.

Commencez un journal dans lequel vous listez vos anciennes convictions et vos nouvelles croyances constructives. Notez des informations ou des avis d’experts qui confirment vos pensées.

👉 Répondez à vos croyances limitantes par une contre-croyance :

CROYANCE LIMITANTE

CONTRE-CROYANCE


« Je ne le mérite pas »

 


« J’ai travaillé dur pour arriver à ce point et je mérite d’être récompensé pour mes progrès. »


« Je ne suis pas capable »


« Je me suis formé. J’ai toutes les compétences pour réussir. »

Refaites ce processus chaque fois qu’une certitude contre-performante fait son apparition. Au fil du temps, vous arriverez à éliminer vos blocages intérieurs, à prendre confiance en vous et libérer votre plein potentiel. Vos nouvelles croyances formeront votre nouvelle identité, votre nouveau moi.

Personne n’échappe aux croyances limitantes. Quand on veut développer un business pérenne, il peut être judicieux de commencer par les questionner et travailler sur soi. On en sort grandi, prêt à prendre les commandes de sa vie et de son entreprise. Transformer ses convictions négatives en croyances porteuses permet de reprogrammer notre cerveau et nous redonne le pouvoir.

Et vous, avez-vous des certitudes handicapantes ? Comment les gérez-vous ? Partagez votre expérience en commentaire.

Cet article vous a plu ? 📌 Épinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

logo pinterest
changer ses croyances limitantes
les croyances limitantes en business

Envie d'en savoir davantage sur le web entrepreneuriat ?

Peut-être aimerez-vous aussi ces articles :

entrepreneur perennial

Perennial : Entreprendre à tout âge

À quel âge se considère-t-on trop vieux pour agir ? Les perennials ne se définissent pas en fonction...

vision entrepreneuriale

Définir sa Vision d'Entrepreneur

Définir votre vision d'entrepreneur est cruciale pour la réussite de votre projet. Voici comment..

devenir blogueur professionnel

Travail à Domicile : 17 métiers internet

Vous avez envie de travailler sur internet depuis chez vous ? Voici 17 idées de métiers internet...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page